[ A l’écran. Tchi.Tcha. ] My week with Marilyn

Film anniversaire de la célébrissime icône, le biopic de Simon Curtis s’attache a retranscrire sur pellicule les souvenirs de Colin Clark, jeune anglais candide propulsé sur le tournage du Prince et de la danseuse de Laurence Olivier, et de son bref idylle avec la star tourmentée. Commandé par la BBC, d’une grande rigueur formelle voire académique, My week with Marilyn repose d’abord sur la qualité de son casting, moins tourné vers la ressemblance physique que sur la densité de jeu. Kenneth Branagh incarne avec maestria Sir Olivier, un rôle empreint de jubilation et d’admiration mélées, la lignée shakespearienne en prime.

Face à lui, Michelle Williams, dont l’interprétation était inévitablement attendue, ne serait ce que par le buzz que les photos du film ont engendré. Si le mimétisme, fruit d’une reflexion artistique de tous les instants, fonctionne du point de vue du style, il ne parvient toutefois pas à nous faire oublier la performance d’actrice pour laisser vivre le personnage de façon naturelle, comme une mise en abîme d’un des thèmes majeurs du film, l’acting et sa complexité. Son travail souffre d’un manque de charisme évident, qu’elle compense cependant par la subtilité et la dimension qu’elle apporte à son personnage, jamais lisse ou mièvre.

Documentée et minutieuse, Michelle Williams nous présente une Marilyn nullement dupe de son pouvoir d’attraction, ni bête ni brillante, mais victime de sa propre perversion. Sans manichéisme facile, le film nous dresse le portrait en contrepoints d’une femme sous influence, celle du personnage qu’elle s’est créee, schyzo et parano, solitaire et insupportable, sombre et rayonnante, manipulatrice en grande détresse. Les clichés exposés ne le sont jamais gratuitement, mais densifiés par une réflexion cohérente et maîtrisée, un vrai parti pris. Les seconds rôles parfaits, bien sentis et composés, contribuent à cette densité narrative, pas de faire valoir. La photo est superbe, les décors tout autant. Au final, un biopic ambitieux qui frôle parfois le mélo de téléfilm sur certaines séquences inutiles, mais dense et intelligent.

[youtube_sc url= »http://www.youtube.com/watch?v=0HEO3MpDVho » width= »620″]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>