[ Docteur Slump ] N’CHA !! N’chhaaaaaaaaaaaa hhaaaa!

[N’CHA !! N’chhaaaaaaaaaaaa hhaaaa!]


Fermez les yeux et rêvez ! Rêvez d’un monde où tout est possible car rien n’est impossible. Imaginez un monde ou Superman défend l’orphelin (de traverser la rue), où les animaux parlent, et où les crottes se balancent au bout d’un bâton ! Eh bien ce monde existe : c’est celui du village Pingouin.

Un professeur du nom de Senbei Norimaki, surnommé Dr Slump, est un inventeur raté et un pervers notoire. Ben oui, ça arrive. Ses découvertes sont loufoques, et franchement inutiles. Et la plus inutile de toutes, mais qui va tenir le temps des 18 volumes du manga, est cette jolie petite fille robot, Arale. Arale, c’est quoi ? D’abord, c’est un robot, fort, très fort, doué d’une vitesse hors du commun. Elle peut sauter à plusieurs kilomètres, faire plusieurs fois le tour du monde. Bref, une bête à concours ! Un petit problème : elle est aussi bête qu’elle est rapide ! Et comme si cela ne suffisait pas, myope par dessus le marché. Pourquoi ? Mais je vous l’ai dit : Norimaki est un inventeur RATE !

 

httpv://www.youtube.com/watch?v=OLiku1IcPnM

 
Elle ressemble à quoi alors cette Arale, vas-tu demander, lecteur impatient. J’y viens. Arale est une boule, à peine 13 ans, de longs cheveux blonds, de grands yeux aussi inexpressifs que ceux d’un politicien battu aux élections, et une éternelle salopette, réchappée des magasins TATI. La principale caractéristique d’Arale, c’est sa candeur. Elle ne cesse de s’étonner du monde qui semble graviter autour d’elle. De ce fait, tout est amusement pour elle, aussi bien les voitures de polices (plus d’une centaine détruites en 18 volumes) que la caca. Hé oui ! Dans Dr Slump, le terme « bâton de m…. » prend toute sa plénitude.

 
Attardons-nous un peu sur la faune du village Pingouin. Que les puristes m’excusent par avance si je ne cite pas tout le monde, mais une liste exhaustive prendrait 10 pages. Parlons donc d’abord de Taro et de Pisuke, 2 frères dont le père ressemble trait pour trait à Clint « Dirty Harry »Eastwood. Si le premier est un gentil rebelle, le 2è est de l’âge d’Arale, et omnubilé par les autographes ! Leurs caractères si différents laissent d’ailleurs planer le doute sur leur parenté… Deuxième personne de l’entourage d’Arale : Akane. On peut la considérer comme la personne la plus censée des personnages du manga, car elle reste souvent posée, bien que préoccupée, comme toutes les adolescentes par son physique. D’ailleurs, ses apparitions se feront de plus en plus rares au fur et à mesure des volumes.

 
Mais la proportion féminine est conservée grâce à Midori, charmante institutrice, dont Senbei Norimaki est amoureux, et qu’il finira par épouser par un malencontreux concours de circonstance. Puisque l’on parle d’ailleurs d’école, arrêtons-nous un instant sur celle-ci. Et alors là, accrochez-vous ça va aller dans tous les sens. S’il existe plusieurs classes, aucune ne correspond à un niveau spécifique : il n’est donc pas étonnant de voir un bébé et Taro (17 ans) dans la même classe. Où est la logique là dedans ? Nulle part ! On vous le dit depuis le début ! On peut aussi parler d’un être cher à l’auteur : le professeur Morishita. D’abord clin d’œil à son éditeur à qui il emprunte les traits, il est devenu LE méchant récurrent d’Arale. Inventeur comme Norimaki, il a crée des machines, les Caramel man, chargés de se débarrasser de la gêneuse. Evidemment, ses plans tombent constamment à l’eau. Mais il a au moins un mérite, avoir créé Obotchaman, un robot masculin, extrêmement poli, qui va devenir le petit ami d’Arale ! Comme dans toutes les bonnes séries, Morishita promet de revenir se venger, au point de devenir lui-même un Caramel man (le n°9 pour être précis).

 

 

httpv://www.youtube.com/watch?v=LcgL7m00MlI&feature=related

 
Viennent alors mes chouchous ! Les Gatchan ! Personne ne sait d’où ils viennent. Le premier Gatchan a été recueilli par Arale alors qu’il était encore protégé par un œuf. Le Gatchan est mignon, blond frisé, avec un costume de bébé, des ailes, des antennes. Il s’entend de loin par son éternel « Pee Pee Pee Kokuhpee ». Eloquent non ? les Gatchan (oui, ils se reproduisent !) sont souvent farceurs et mangent de tout, mais quand je dis de tout, c’est DE TOUT ! Cela va aussi bien de la machine à laver en passant par la voiture que la maison. Cela dépend juste de leur appétit. Ils sont juste allergiques à une chose : le caoutchouc ! Ils sont les meilleurs amis d’Arale, qui est la seule à comprendre leur langage.
Vous l’aurez compris, Dr Slump est une œuvre à part. Il convient de préciser que Toriyama est plus populaire au Japon pour ce manga que pour Dragon Ball, car il a su révolutionner un style moribond en 1981 : celui de l’humour. En effet, si l’humour japonais a bien marché en manga depuis la création du support, il commençait à tourner en rond. Toriyama voulait dès le départ créer une série humoristique basée sur un scientifique raté, mais son éditeur le convainc d’ajouter une présence féminine. Norimaki va alors passer second rôle. le monde Slump est celui du non-sens total, axé sur les délires verbaux et visuels. On peut quand même déceler une forte tendance à la scatophilie, sujet qui amuse toujours les Nippons. mais au delà de ces sujets douteux, la fascination qu’exerce ce manga est due à l’apparition de personnages tous plus farfelus les uns que les autres, souvent le temps d’une histoire.

 

httpv://www.youtube.com/watch?v=u5Ve2eFCiY8&feature=related

Le succès de ce manga a été tel qu’une série de 243 épisodes a été produite de 1981 à 1986 par la Toei Animation, et reste encore aujourd’hui souvent rediffusée. En France, la série n’a pas obtenu le succès escompté, du fait d’une mauvaise adaptation, et d’une mauvaise exposition. Le manga par contre, a bénéficié d’une très bonne adaptation française, et retranscrit à merveille l’univers loufoque du village Pingouin.
Docteur Slump est disponible en 18 volumes aux éditions Glénat

Duke Fleed (publié initialement le 26/06/2001)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>