Et si on moddait?

dream

Modder une console ou une cartouche de jeu n’est pas donné à tout le monde. Pourtant, on trouve aujourd’hui sur le net de plus en plus d’article traitant le sujet. Mais finalement, à quoi ça sert le moddage?

Les moddeurs de consoles pour l’upgrade

Ces derniers s’amusent à détourner les composants originaux des cartes mères des consoles pour par exemple palier à la limite territoriale des jeux (consoles dézonées), transformer la sortie vidéo de la console pour la rendre plus belle (RGB, Composant, VGA, HDMI, etc), ajouter des switch (comprenez par là des interrupteurs) pour pouvoir changer les modes d’affichages (PAL, NTSC, nombre d’images par secondes, zonage, etc), ou tout simplement réduire les bruits de sa Megadrive 2, réparer sa console.. Bref, vous l’aurez compris. Les « moddeurs de l’impossible » utilisent leurs cerveaux et/ou un microcontrôleur pour permettre de changer ,ou tout simplement bichonner, leurs consoles (parfois dans d’atroces souffrances à coup de perceuse et de pince coupante) pour améliorer les caractéristiques non disponibles sur la version originale.

Il existe sur internet beaucoup de tutoriel pour comprendre comment réaliser ses opérations bien souvent délicates. Attention, quelques notions de technologies vous seront demandées. Ainsi qu’un fer à souder, de l’étain et vos cours de 3ème B avec Madame Trucmuche pour enfin comprendre à quoi servaient les « Ohms ». Si vous êtes débutant, je vous conseille d’investir tout de suite dans une petite mallette regroupant : tournevis à précision (ça servira aussi à remonter les lunettes de mémé), fer à souder à mine fine (ou dit de « précision ») car les microprocesseurs et autres petites papattes de chips ont tendances à rapetisser, avec les générations de consoles (à moins que ce soit nos années?) et enfin, une bobine d’étain pour qu’enfin pratiquer les cours de Mme Trucmuche. Sacré toi !

Les moddeurs de consoles pour la bidouille

Depuis quelques années. On voit aussi apparaître un phénomène de moddeurs artistique. Ces derniers détournent la technologie de base d’un console pour faire joue-joue avec les images produites par glitch ou encore ajouter des potentiomètres (ces petits boutons ronds analogiques qui tournent) pour désharmoniser le son des consoles, changer les octaves, ajouter du bruit ou des effets.

Voici un petit exemple d'une GameBoy qui ne ressemble plus tout à fait à l'original

Un autre exemple avec un Megadrive.

Les moddeurs de cartouche

Une autre mode actuelle se veut d’utiliser des cartouches originales de jeux afin d’ajouter à l’intérieur de cette dernière un autre jeu. Quel intérêt? Tout simplement de pouvoir jouer à des raretés (ou à des jeux jamais sortis, on pense par exemple à la cartouche de Starfox 2 sur Super Nintendo). Une fois la rom programmée dans la puce, il vous « suffira » de souder cette dernière dans une cartouche compatible (le dieu des geek sait lui ô combien il y a eu de versions différentes de cartouches de Super Nintendo pour ne prendre que cet exemple).

Attention également aux contrefaçons ! Mon ami Samuel (le célèbre créateurs des SaturdayMan) vous le redirera encore. Il est très facile (ou même courant) de se faire avoir sur la toile (Ebay, Amazon, Priceminister, etc) en croyant faire une bonne affaire, et se retrouver en fin de compte avec… Une fausse cartouche ! Les copies semblent tellement parfaites, qu’il est presque impossible de le voir à l’œil nue. La qualité des impressions des étiquettes sont parfaitement imitées, et seuls les plus téméraires, auront la force d’ouvrir leur cartouches fraîchement achetés, et découvrir une puce.. fraîchement soudés !

Voici une cartouche homemade de Starfox 2

Voici une cartouche homemade de Starfox 2, source: http://korben.info/starfox-2.html

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>