The King Of Fighters XIII (Test)

The King Of Fighters XIII signe le retour d’une grande licence dans l’univers des jeux de bastons. Avec des concurrents comme Street Fighter IV, Blazblue et un épisode XII raté, les attentes étaient nombreuses. A vos sticks, Ready, Fight!

Au début des années 90, le genre des jeux de baston était en vogue et plusieurs franchises légendaires ont vu le jour. C’est bien sur le cas de Street Fighter II de Capcom, qui vendu en bundle avec la Super Nes a fait le bonheur de millions de joueurs. La firme SNK spécialisé en jeux d’arcade, proposait pour sa part un florilège de jeux de combat avec The Art of Fighting, Fatal Fury ou encore Samurai Shodown. On prend alors les meilleurs combattants de ces jeux, on mélange le tout, on propose un gameplay en béton, on secoue bien fort avec des graphismes a coupé le soufle (merci la Neo Geo) et on obtient une série phare qui deviendra le porte-drapeau de SNK: The King Of Fighters. Le premier épisode date de 1994 et la série avait une première appartition sur PS3/Xbox360 en consoles en 2009 avec un épisode XII qui faisait bien pâle figure face à la concurrence et le succès de Street Fighter IV.

The King of Fighter XIII se devait donc de redresser la barre et nous servir un jeu digne de ce nom…

33 combattants pour autant de styles de combat, faites votre choix!

Pour un jeu de combat, un le casting est très important, et surtout pour une série aussi emblématique. KOF XIII nous offre donc 33 combattants dont 2 à débloquer. Un casting très riche donc et qui saura ravir les fans. Petit point noir tout de même: Iori et ses flammes en DLC…  Installez le jeu pour réduire les temps de chargements et choisissez alors votre équipe, car oui, KOF se joue en équipe de 3 contre 3, mais on ne change pas de joueurs en cour de match, on choisit l’ordre dans lequel ils vont apparaître. Une fois ce choix fait, on plonge dans des combats frénétiques dans des arènes de toutes beautés et des musiques, très KOF! Les modélisations 2D sont magnifiques et les super attaques sont superbement animées. L’ambiance est rendez-vous!

Super Cancel Drive Neo Max

Et la jouabilité dans tout ça? Et bien il va falloir de bonnes heures de pratiques pour dominer tout ça. En effet, chaque personnage à un style de combat différent et si les coups spéciaux se ressemble sur le papier (quart de cercle, demi cercle, et autres coups à charge) l’exécution du coup est différente selon les personnages ce qu’il fait qu’aucun personnage ne se joue de la même manière. Côté technique certains coups spéciaux bénéficient désormais d’une variante EX, à la manière d’un SFIV, cela consommera une barre de furie pour un coup plus rapide et plus puissant. Il faudra d’ailleurs apprendre à se familiariser avec les jauges que vous avez en bas de votre écran: la jauge de Furie classique, et la jauge de Drive. Cette dernière vous donnera la possibilité d’effectuer des super attaques dans le tempo d’une autre et donc d’effectuer des enchainements très dévastateurs. Avec de la maitrise donc, vous pourrez commencer une super attaque, l’annuler en retrant la commande d’une autre attaque spéciale: Cancel, et ainsi enchaîner avec une Néo Max! Ne vous effrayez-pas devant se jargon, un didacticiel très simple est là pour vous apprendre tout ça.

Il faudra donc foncer sur le mode Entrainement pour se perfectionner. Et mieux, allez donc dans le mode Mission, Trial. Ce mode de jeu vous permet en effet d’apprendre les combos des différents personnages des plus simples aux plus dévastateurs! Il y a ainsi 10 missions par personnages. Cela vous permettra d’appréhender les timings qui sont beaucoup plus serrés et exigent que dans un SFIV. On appréciera donc d’avoir une démo du combo à réaliser afin de pouvoir visualiser l’enchainement.

[youtube_sc url= »http://www.youtube.com/watch?v=t8BVxlYTg5A »]

Un peu d’entrainement et on arrivera à ça!

Beaucoup, beaucoup de choses à faire

Le retour de Mai ravira certainement les fans!

Le mode Histoire vous permettra de comprendre les liens entre les différents personnages.Il est en effet toujours intéressant de savoir pourquoi on cogne sur les autres.Vous devrez choisir certains embranchements pour progresser et profiter des différents points de vue sur un scénario centré sur Ash Crimson et ses origines. Dommage que les personnages soient muets durant les animations… Le mode Arcade est quant à lui ponctués de défis à relever en plein combat (ex: réaliser 5 attaques spéciales) et vous permet également de choisir les membres de votre équipes là ou ceci est imposé dans le mode histoire pour des raisons de scénario. L’IA est au rendez-vous pour vous donner du fils à retordre ainsi que le boss final du mode histoire! Vous pourrez également passer par la case Color Edit pour personnaliser vos combattants avant de vous lancer dans le défi du mode Online dans lequel vous pourrez vous mesurer aux combattants du monde entier afin de devenir le meilleur au classement. Enfin vous pourrez enregistrer et visualisez vos matchs grâce au mode Ralenti.

LE RETOUR DU ROI

Vous l’aurez compris, avec ce treizième épisode, The King Of Fighters retrouve sa place au-devant de la scène vidéoludique!  Une réalisation impeccable, un gameplay qui permet aux débutants de s’éclater et aux plus hargneux de se dépasser afin de sortir des combos dévastateurs, un contenu très riche font de The King of Fighters XIII un indispensable pour tout fan de jeu de baston et pour ceux qui veulent découvrir une série mythique.

Scénario: 70/100
Esthétique: 85/100
Son:

85/100

Gameplay: 95/100
Intensité et sensibilité: 95/100
Note Finale: 90/100

Vous pourrez aimer si vous avez aimez: l’arcade dans les années 90, cette saga d’anthologie, avoir mal au pouce en tentant des combos impossible, si vous avez le bon choix d’investir dans un stick arcade.

Vous allez détester si vous: pensiez être bon aux jeux de baston parce que vous jouiez à Marvel vs Capcom 3.

Ne passez pas à côté si vous êtes fan du genre, et même si vous ne l

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>