El Shaddai – Les secrets du livre d’Hénoch dans un jeu vidéo! [ TEST – WANNA DREAM]

El Shaddai – Les secrets du livre d’Hénoch dans un jeu vidéo! [WANNA DREAM]

« El shaddai: ascension of the metatron », si le jeu ne déroge pas à la régle d’une maniabilité assez standard, l’univers graphique, à la croisée des Ukiyoe japonaises du 19ème siècle, des maîtres de l’univers de Moebius et d’un tableau psychédélique de Pollok à de quoi donner l’étournie à n’importe quel joueur. Oeuvre d’art de pixel… est-ce jouable pour autant? OUI !

L’histoire, et la source: Le livre d’Hénoch:

Adapter des passages de la bible pour en faire un jeu vidéo.. il fallait oser! Takeyasu Sawaki, un habitué de l’art numéroque (c’est un des pilliers du tout puissant Okami), nous a ici concocter une réinterprétation libre et puissant du Livre D’Hénoch (ou le Livre d’Enoch, on le trouve au deux orthographes). Mais qu’est-ce donc? C’est tout simplement un écrit pseudépigraphique (se dit d’un ouvrage dont l’auteur et/ou le titre du livre sont faux) dont l’auteur est cencé être l’arrière grand père de Noè (oui oui le bonhomme avec le grand bateau).

Le livre a été écarté de tout écrit religieux « officielles » dès l’an 364, considéré comme apocryphe (se dit d’un livre dont l’authencité n’est pas établie). On aura compris que pseuépigraphique et apocryphe, c’est pas vraiment une bonne publicité pour papie Noé. Le livre est décomposé en 5 sections:

1) La rébellion et la chute des anges déchus (avec tout une série de visions entre le monde des hommes et les enfers). Son introduction est terrible.. roulement de tambour: « Voici ce que me montrérent les anges ».

Takeyasu  Sawaki

Takeyasu Sawaki

2) Le jugement dernier, rien que ça.
3) Un passage sur l’astronomie et la météo par Pépé aimait la science. Enfin très isotéhrique.. car c’est surtout chercher des secrets dans le ciel pour la justice et la foi.
4) Des récits de rêves et de visions… Extrênement porté sur le religieux cela va de soi.
5) La dernière parties contient des veritiés et autres annonciations capitales pour notre humanité et autres seigneureries.

On comprend mieux désormais pourquoi le livre d’Henoch peut nourrir à lui seul beaucoup de légendes et d’histoires extra-vagantes. Il faut dire qu’on a retrouvé les véritables sources du livre qu’à partir de la fin du 20ème siècle, dans une petit salle des manuscrits de la mer Morte. Mystère mais surtout.. apocalypse! Car comme le livre de Daniel, nous sommes là face à un ouvrage sur la fin du monde. (que c’est fascinant le monde des jeux vidéo non?)

L’ambiance visuelle:

Le jeu détonne par son approche visuelle. L’équipe d’Ignition Entertainment nous a concoter un titre aux inspirations diverses. On se retrouve à jouer dans un univers constuit de songes et de lumières. Les couleurs sont cristallines, comme du verre teinté, reflétant l’imaginaire d’une équipe pleine d’audace pour un titre novateur. On sent que les japonais ont cette fascination pour les mythes. Leur mythologie est d’ailleurs fascinante, on comprend mieux pourquoi les mythologie eurasiennes et européennes les fascinnent autant.. c’est très exotique pour eux!

Le jeu fait penser au BD des années fin 70 début 80.. On ne peut s’empêcher de citer des références tel que Moebius pour les décors… même si parfois tout semble se mélanger pour devenir du Pollok édulcoré.

httpv://www.youtube.com/watch?v=hCbe0OOzIjA

Totalement dingue non? Nous, on adore.

Le Chara Design:

Encore une fois un peu à la Moebius, autant les décors sont épurés avec des détails pointus et précis (parfois innatendu!), autant le personnage est quant à lui tout à fait humain, détaillé et décallé. Notre héro, tout droit sortie des Chevaliers du Zodiaque (armure étincellante, chevelure blonde et fine, visages androgyne et jeans troué) est un bel Enoch envoyé par Lucifer himself à la rechercher des anges déchus. Lucifer est extrênement cool, aussi cool que Jesus et Bouddha dans le manga (voir ici: ), il est tout le temps prendu à son GSM en communication avec Dieu pour lui faire un petit compte rendu de l’ami Enoch. Lucifer, c’est un bad guy plutôt branché.. lui aussi à forme humaine, mais habillé dans la collection autonme-hiver d’Angels Never Die.

Intensité et Sensibilité:

Nous sommes dans un beat’n All à la troisième personne avec une vue de trois-quart à la Gears Of Wars, mais imaginez plutôt un Gears Of Wars au musée du Louvre avec des enemis en forme d’hot dog sans le pain, et une relation homosexuel assumé entre vous et Lucifer. El Shaddai, ce n’est pas un gros n’importe quoi. C’est un jeu artistique et sensible. La ou il pêche un peu, c’est dans son intensité justement.. car le gameplay est hyper rébarbatif. On s’amuse beaucoup, mais le nombre d’armes limitées (trois) et les combos trop peu nombreux font du jeu une séquence de Lucifer-Fhight-Plateforma-Lucifer-Fight etc.. assez lourde à la longue. Heureusement que les Boss sont là pour ponctuer le jeu de manière beaucoup plus agréable et… INTENSE.

Conclusion:

El Shaddai est un jeu improbable qui sort dans une période très morose  dans les planning de jeu vidéo… Une chance unique de profiter pleinement du titre si Vous avez l’esprit et le regard sensible, vous recherchez un titre original qui vous en mettre plein la vue? El Shaddai va vous enmener loin… très loin! Aussi fort qu’un Lucy in The Sky with Diamond, une histoire agréable et déjanté d’un point de vue sur la bible interdite par des japonais, et une jouabilité proche d’un bon beat’n All.. Un cocktail détonnant qui saura vous sensibilisé si vous vous laissez quelque peu envahir par l’ambiance loufoque de ce titre.

 

Notes et Références

 

 

 Scénario:  74/100
 Esthétique:  95/100
 Son:  85/100
 Gameplay:  55/100
 Intensité et sensibilité:  87/100
 Note Finale:  92/100

Vous pourrez aimer si vous avez aimer: Les Beat’n All, Evangelion, la culture japonaise, l’Art et la sensibilité aux artistes numérique

Vous aller detester si vous chercher: Un jeu formaté et sans âme.. qui cherche ça?

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>