‘Splosion de fun [TEST XBOX 360 ]

‘Splosion Man, c’est avant tout le bébé d’un studio de développement composé de vieux briscards de l’industrie du jeu vidéo, Twisted Pixel.  A l’origine de titres tels que The Maw ou encore The Gunstringer, c’est aujourd’hui sur ‘Splosion Man que nous allons nous attarder.

 


800 points, soit 8 euros. Un bon deal.

 

‘Splosion Man est donc à l’origine un jeu disponible sur le Xbox Live Arcade depuis juillet 2009. Mais comme les bons vins, ce titre ne perd ni de son intérêt ni de son charme avec les années, puisque Microsoft décide de l’inclure en mai 2011 dans son Triple Pack, accompagné des excellents Limbo et Trials HD, deux autres têtes d’affiches du Xbox Live Arcade.

 


25 € neuf pour trois excellents jeux, à privilégier donc si les deux autres jeux vous intéressent.

 

L’histoire prend place dans un complexe futuriste dans lequel vous incarnez un personnage (sans nom dans le jeu), fruit d’une expérience scientifique ayant mal tournée. Particularité : vous ne savez ni sauter, ni ramasser des objets, ni lancer de grenades, nada, simplement vous faire exploser. Boum. Trois fois de suite, et un petit temps de « rechargement » pour relancer la machine. Les nombreux scientifiques vont dès lors n’avoir qu’un objectif, vous empêcher de vous enfuir à l’aide de moults robots, pièges et autres joyeusetés à travers 50 niveaux à la difficulté progressive.  Si le principe est basique, le résultat dans le jeu est jouissif : subtil mélange entre plate-formes, énigmes et action, ‘Splosion Man est une expérience de jeu unique qui vous offrira de nombreuses heures de fun et de prise de tête, car vous risquez de vous casser les dents sur de nombreux passages.

 

Une bien belle 2D à l’ancienne.

Le jeu est bourré de surprises, de clins d’oeil, l’humour est omni-présent mais représente un réel challenge pour tout gamer qui se respecte. La possibilité de rejouer chaque tableau pour améliorer son temps ou ramasser les différents secrets disséminés à travers le jeu devrait rassasier les plus accrocs d’entre vous, alors que les joueurs les moins acharnés se verront offrir l’aide du jeu (joliment intitulée : « la voie du trouillard ») après un certain nombre de morts pour progresser dans le niveau.

Vous pensiez en avoir fini ? Et bien non, cerise sur le gâteau ‘Splosion Man vous propose d’en remettre un couche à travers 50 nouveaux niveaux jouables en COOPERATION OFFLINE, et ce jusqu’à 4 joueurs. Vous pensiez qu’il était compliqué de maîtriser un triple saut à travers une piscine de lave en fusion tout en gardant à l’esprit que le moindre contact avec l’arc électrique qui vous fait de l’oeil au-dessus était difficile ? Essayez donc à 4 joueurs en même temps, ou de chaque saut dépend la survie de l’équipe et vous aurez une idée du challenge et des tranches de rigolade (et d’engueulade) qui vous attendent.

L’union fait la force. Ou pas.

Des graphismes plus qu’honorables, une durée de vie conséquente, un solide challenge, des musiques et effets sonores à la hauteur, n’hésitez plus, vous avez trouvé une pépite !

Notes et Références:

Résumé : Tout faire péter en incarnant seul ou avec des amis un avatar explosif et loufoque à travers des dizaines de niveaux funky et tarabiscotés, ‘Splosion Man est un bon gros défouloir gratiné d’une bonne dose de réflexion. On aime !

Scénario: 50/100
Esthétique: 75/100
Son: 85/100
Gameplay: 90/100
Intensité et sensibilité: 70/100
Note Finale: 75/100

Vous pourrez aimer si vous avez aimé : N+, Ms. Splosion Man (la suite), le fait de pouvoir vous éclater avec 3 potes en coop’ offline, un univers déjanté et coloré.

Vous allez détester si vous cherchez : De la finesse dans le scénario, des graphismes léchés et réalistes, ne pas refaire 30 fois le même passage pour faire le saut parfait.

5 étoiles bien méritées

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>